Comment trouver la motivation ?

Avant-propos

Il n’y a pas quelque chose de plus abstrait que la motivation. Comment la trouver et surtout la mettre en œuvre non pas en permanence mais seulement lorsque l’on en a besoin.

Car si la motivation permet de réaliser ce que l’on souhaite faire et pas seulement ce que l’on doit faire. Elle est très difficile à déclencher et ce de manière régulière.

Comment passer à l’action lorsque l’on ne sait pas par quel bout commencer ? Comment déclencher les leviers émotionnels qui vont faire qu’elle va nous permettre de réaliser quelque chose ou de nous réaliser.

C’est là toute la difficulté !

Les définitions sont multiples mais on pourrait résumer la MOTIVATION par un comportement qui va passer du stade inactif au stade actif avec une raison identifiée et l’énergie nécessaire pour atteindre un objectif.

Il s’agit de trouver un motif qui va nous faire bouger, la raison qui va nous faire produire une action.

C’est la raison qui va déclencher l’envie. C’est l’envie qui va déclencher l’énergie.

« Si tu veux construire un bateau, ne rassemble pas tes hommes et femmes pour leur donner des ordres, pour expliquer chaque détail, pour leur diretrouver chaque chose… Si tu veux construire un bateau, fais naître dans le cœur de tes hommes et femmes le désir de la mer. »

Antoine de Saint Exupéry

 

Comment détecter les leviers de la motivation et leurs donner du sens ?

Tout d’abord la ou les questions à se poser concernent les leviers qui vont faire que vous allez être motivés pour faire quelque chose.

On parlera donc d’envie, d’enthousiasme, de satisfaction après avoir réalisé ce à quoi l’on aspirait profondément ou pas dans le cas où ce qu’il fallait faire était juste une obligation.

Quand on parle de leviers il y a donc ce qui va nous permettre de réaliser quelque chose que l’on a envie de faire ou quelque chose que l’on doit faire par obligation car c’est nécessaire.

Il va falloir réfléchir sur ce qui va donner du sens à la réalisation de tâches. Il va falloir se projeter pour visualiser le résultat après avoir réalisé une ou plusieurs tâches.

Pour quelque chose que l’on a envie de faire on aura le sentiment de satisfaction de s’être épanoui par exemple.

Pour quelque chose que l’on doit faire par obligation on aura le sentiment de s’être enlevé un poids psychologique qui encombrait notre esprit par exemple.

Dans les deux cas il y aura la sensation d’avoir accompli quelque chose qui soulage et fait du bien que ce soit sur l’aspect autant psychique que physique.

Paradoxalement, c’est étrange de se demander pourquoi on doit se motiver pour quelque chose qui à priori nous intéresse.

Et pourtant, c’est en règle générale la non motivation qui nous empêche de passer à l’action justement. Parfois on a envie de faire quelque chose mais on n’a pas l’énergie nécessaire pour déclencher l’action.

Pour une raison simple. Tant que l’on ne s’est pas projeté pour visualiser le résultat et la satisfaction que cela apportera, on ne peut pas passer à l’action en déclenchant la patience qui accompagnera la ou les actions qui nous feront aboutir au résultat.

Si l’on ne prend pas le temps de visualiser mentalement le chemin que l’on va emprunter en partant d’un point A pour arriver à un point B il sera difficile d’associer un sens à ce que l’on doit faire si on ne sait pas pourquoi et comment y aller et ou comment le faire. Et encore moins d’en trouver l’énergie.

Il sera donc nécessaire de tracer la route et d’identifier les besoins utiles pour emprunter cette route. Sans ces deux prérequis, il n’y aura pas de sens et donc pas de motivation.

Cependant le premier principe sera le plus simple à mettre en place car le moins couteux à condition de se mettre dans de réelles dispositions mentales pour formaliser les balises qui nous indiqueront le chemin jusqu’à l’objectif final. Il suffit d’avoir une feuille et un stylo et d’en rédiger toutes les étapes.

En revanche le deuxième principe qui consiste à évaluer les moyens pour parvenir à ses fins, dans le bon sens du terme, peut faire apparaitre certains obstacles liés au coût. En effet, si vous avez besoin de vous former, par exemple, pour atteindre votre objectif et faire aboutir un projet qui vous tient à cœur, il faudra certainement résoudre trois problèmes. Le coût, le délai et la disponibilité.

Le coût parce qu’il faudra financer la formation. Le délai parce qu’il faudra prendre en compte le temps que cela prendra pour suivre la formation et la disponibilité parce ce qu’il faudra être disponible pour suivre la formation tout simplement. A partir de là, il faudra trouver les moyens pour synchroniser ces trois critères. Il faudra tout mettre en place pour trouver les ressources nécessaires à la réalisation de votre projet.

Il va falloir entreprendre des démarches. Et ces dernières auront un sens puisqu’elles vous permettront, théoriquement, de valider la faisabilité de votre projet.

Une fois que vous aurez tracé la route et que vous aurez identifié les besoins et validé leur faisabilité vous pourrez passer à l’étape suivante.

Comment mettre en place les leviers de la motivation ?

Vous savez pourquoi et comment réaliser votre projet. Il va falloir mettre en place les leviers de la motivation.

A certains moments, l’envie sera là et la motivation sera donc forcément au rendez-vous et vous fournira l’énergie pour accomplir ce qu’il faut faire.

A d’autres moments, l’énergie vous manquera et vous perdrez votre motivation. Vous ne serez plus dans une démarche positive avec de l’enthousiasme mais plutôt dans une démarche négative avec le sentiment de devoir faire ce qui devient obligatoire.

Donc plus de plaisir et plus de motivation.

C’est à ce moment là qu’il faudra se reposer la question du POURQUOI et du COMMENT pour revisualiser votre projet final sensé vous apporter toute la satisfaction recherchée par un changement de vie bénéfique, par une perte de poids vous faisant vous sentir mieux dans votre peau.

Visualiser son objectif avec le pourquoi et le comment pour garder la motivation

Comment créer un bon environnement pour rester motivé ?

Pour maintenir un bon niveau de motivation il est nécessaire d’éliminer tous les éléments parasites qui pourraient l’atténuer.

Voir article sur les passifs agressifs

Il est primordial de favoriser les pensées positives génératrices d’énergies positives. Inutile de s’embrouiller l’esprit avec des pensées négatives qui vous tirent vers le bas et vous éloignent de votre objectif.

Cela ne signifie pas pour autant qu’il ne faut pas s’intéresser à plein de choses et de sujets notamment comme les informations.

Il s’agit tout simplement de s’en prémunir et de savoir le gérer pour s’en départir lorsque c’est nécessaire pour rester concentré et motivé avec comme seul objectif, réaliser son projet.

Ensuite il faudra se procurer les moyens nécessaires à la réalisation du projet. Si votre projet est de devenir « Digital Nomad », c’est-à-dire de travailler en voyageant. Il faudra vous équiper d’un pc qui correspond à vos besoins, vous assurez d’une bonne connexion internet pour votre activité sur chaque lieu où vous allez vous poser. Adapter votre mode de vie au changement de culture, voyager léger.

Trouver un lieu pour travailler à chacun de vos déplacements.

Ces problématiques matérielles seront identiques si vous avez un projet plutôt sédentaire. Dans tous les cas, l’environnement qu’il soit psychologique ou matériel doit rester favorable pour maintenir un bon niveau de motivation et éviter toute contrariété qui pourrait l’altérer.

Comment passer à l’action et s’y tenir ?

Une fois les conditions réunies pour avoir une bonne motivation il y a des leviers basiques mais particulièrement efficaces pour la préserver. Les habitudes.

Le fait de mettre en place des habitudes va rythmer les actions à entreprendre et créer des automatismes qui vous feront avancer avec plus d’efficacité facilement perceptible.

Cette visibilité du chemin parcouru mettra en évidence les résultats balisés (rappelez-vous) au fur et à mesure de l’état d’avancement de votre projet.

Cela confortera le pourquoi et matérialisera le comment en vous apportant la satisfaction du chemin déjà effectué. C’est très motivant

Anecdote

Je vais vous livrer une expérience à travers de laquelle j’ai appliqué cette méthode.

En 2007, je suis tombé par hasard sur le site d’un couple de photographes qui voyageaient à moto en Inde. Ils racontaient sur leur blog leur voyage en publiant les photos de leur périple. Les photos étaient magnifiques, certaines avec beaucoup d’humour et des paysages à couper le souffle. Il se dégageait une ambiance magique de leurs photos. On avait l’impression de vivre leur aventure..

Je me suis dit, c’est ça que je veux faire. Voyager dans ce pays qui pour nous occidentaux, est une autre planète. Vivre une expérience enrichissante en me confrontant à une culture complètement différente avec des repères inconnus. Je venais de définir le POURQUOI de mon projet.

J’ai commencé à me renseigner sur le pays et les trajets possibles et comment trouver une moto (Royal Enfield) pour réaliser le périple. Je venais de définir le COMMENT.

J’ai commencé à en parler autour de moi et à mon grand étonnement la plupart des gens dans mon entourage réagissaient négativement. C’est là où j’ai constaté que la majorité des gens ont peur de tout et de rien et pire que ça pour certains, ils n’aspiraient même pas à voyager. Je passe sur les remarques négatives et les jugements de valeur alors que personne n’avait expérimenté autre chose que des vacances en club.

J’ai donc décidé de faire le ménage autour de moi et de ne fréquenter que les gens favorables à mon projet. Je venais de créer LE BON ENVIRONNEMENT.

Ensuite, il a fallu commencer à faire le roadbook. A l’époque j’étais cadre dans une boite avec des horaires et des déplacements pas possibles. Je n’avais pas une minute à moi. Mais il fallait bien avancer et se motiver le soir en rentrant très tard pour faire les recherches sur l’itinéraire, les étapes, trouver la moto, etc…

Pour me motiver je m’imaginais sur les routes féériques du sud de l’Inde imaginant les parfums des épices dans ces vastes étendues entrecoupées de rivières bordées d’eucalyptus. Bref, le sud de l’Inde. Je VISUALISAIS, chaque soir en rentrant, pour me motiver à passer plusieurs heures sur le net pour faire les recherches.

Mes horaires étant complètement irréguliers, j’avais mis en place des HABITUDES pour me forcer à m’y mettre à chaque fois que je le pouvais.

Finalement, au bout de trois mois, c’était le temps que je m’étais donné, le passeport était prêt avec le visa et toutes les réservations faites.

J’avais bien appliqué le POURQUOI, le COMMENT, le bon ENVIRONNEMENT et la VISUALISATION

Voir article sur “Est-ce que voyager fait grandir ?”

En résumé

La motivation trouve son énergie dans la visualisation du projet (salvateur) en identifiant ses leviers, en créant un environnement favorable, en passant à l’action et en se disciplinant par les habitudes.

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.