Comment utiliser les questions ouvertes ?

Avant-propos

Vous êtes-vous déjà posé la question (justement) pourquoi telle ou telle personne vous répondait de manière brève alors que vous attendiez une réponse plutôt longue avec beaucoup d’explications. A l’inverse vous attendiez une réponse brève et la personne s’est lancée dans une réponse sans fin.

Nous utilisons les questions au quotidien, de manière naturelle sans se poser de questions. Parfois sans le vouloir nous posons la bonne question et obtenons la réponse adaptée. C’est-à-dire courte ou longue. Parfois nous sommes obligés de reformuler notre question sous une autre forme car la réponse n’était pas assez ou trop complète.

Hé bien c’est normal. Si une minorité de personnes maitrise parfaitement les différents types de questions, la grande majorité les utilise sans réellement connaitre leur articulation et objectif.

C’est pour ces raisons que selon le contexte et l’environnement dans certaines activités leur maitrise est cruciale notamment pour réaliser certains métiers.

Sans parler de maitrise pour leur utilisation à titre personnel il est quand même évident que connaitre les types de réponses qu’elles produisent peut faciliter fortement votre communication.

D’ailleurs, ce n’est pas pour rien si leurs typologies sont abordées dans des thèmes comme les formations en gestion de conflit par exemple.

Exemples de questions ouvertes : elles commencent par les termes suivants :

Comment, pourquoi,  quoi, qui, quand, décrivez moi, dites-moi,  qu’en pensez-vous.

Définition

Une question ouverte est une interrogation qui permet à son interlocuteur de développer sa réponse avec ses propres mots.

Objectif de la question ouverte

L’objectif de la question ouverte est de recueillir un grand nombre d’informations par la réponse développée de l’interlocuteur.

Le fait de laisser s’exprimer l’interlocuteur le met dans de meilleures dispositions. Cela crée un climat de confiance.

A partir du moment où l’interlocuteur a la parole il peut développer ses idées, donner son point de vue et ressent ainsi comme une sorte de gratification. En conséquence cela participe au développement des échanges et favorise la création de lien.

Cela contribue donc à son propre développement personnel en prenant de l’assurance et en améliorant la maitrise de soi. Il en découle une motivation accrue qui donne envie de faire des choses, de s’impliquer et de passer à l’action.

Gestion des questions ouvertes

Étant donné que les questions ouvertes favorisent les réponses développées il va de soi qu’elles doivent être gérées pour ne pas se laisser déborder.

Ne vous est-il jamais arrivé de constater qu’après une discussion vous aviez le sentiment de n’avoir pas abordé tous les sujets que vous souhaitiez ? Et de terminer votre conversation par : On en reparlera la prochaine fois… Et la fois suivante, la même chose.

Ce n’est pas grave en soi lorsque le sujet est anodin et n’est que prétexte à alimenter une discussion amicale. En revanche si le sujet concerné doit faire aboutir un projet ou une action ça devient plus gênant. Il suffit juste d’en avoir conscience pour mieux les utiliser sans qu’elles deviennent stériles.

Avantages

La question ouverte permet d’instaurer une discussion libre en laissant le ou les interlocuteurs s’exprimer en développant leurs idées. C’est une technique simple et efficace pour alimenter une interview par exemple ou faire participer un public si vous animez une discussion en groupe.

En revanche, à partir du moment où vous laisser les gens s’exprimer il faut à votre tour les écouter. L’écoute active est une technique incontournable dans ce genre d’exercice.

Inconvénient

L’un des inconvénients avec les questions ouvertes c’est le risque du hors sujet. A force de trop développer sa réponse l’interlocuteur peut se perdre dans des méandres dialectiques sans fin qui font que l’on perd le fil du sujet initial.

Dans ce genre de situation il faut ramener l’interlocuteur dans le thème en lui reposant une question dans ce sens. Là aussi la reformulation est une technique efficace.

De plus, la technique de la question ouverte implique que l’interlocuteur ait une certaine facilité à s’exprimer. Cela facilite le schéma de communication.

Interlocuteur muet

Face à un interlocuteur peu loquace il faudra certainement relancer la discussion avec d’autres questions sans pour autant les répéter même s’il existe la technique de la reformulation qui consiste à reposer la même question différemment.

Certaines personnes ne font pas de réponses développées. Volontairement ou involontairement.

Si c’est volontaire, elles ne veulent pas vous fournir d’informations et font de la rétention d’information pour ne pas vous alimenter justement.

A ce moment-là, la technique est simple, il suffit de multiplier les questions jusqu’à une certaine limite bien sûr. Où tout simplement changer de types de questions. Ce sujet sera abordé dans d’autres articles.

SI c’est involontaire, c’est tout simplement parce que les personnes peuvent être timides et ne savent pas quoi répondre. Beaucoup de gens n’aiment pas s’exprimer et prendre la parole en public. Elle n’aime pas être sous les projecteurs des autres et du coup écourtent leur réponse. Paradoxalement, comme pour la personne qui ne répond pas de façon volontaire, il sera nécessaire de multiplier les questions en les reformulant ou en changeant leur type.

Rien n’empêche d’orienter la question pour la rendre plus précise si l’interlocuteur a besoin d’être plus guidé dans la discussion. Cela dépendra du profil que vous aurez en face de vous. Je ne rentrerai pas ici dans le détail des questions orientées car j’aborderai le sujet dans un autre article.

Gestion du temps

La question ouverte implique une gestion du temps au risque de se faire déborder et de ne pas tenir un timing lorsque c’est prévu pendant une formation ou une interview par exemple.

Écoute active (dans certains cas)

Quand on parle d’écoute active, il s’agit d’une méthode et technique à part entière. Évidemment, l’écoute active est fortement conditionnée par l’environnement et la limitation de parasites comme le bruit qui pourrait l’altérer et ou la rendre inapplicable. Elle ne pourra donc s’appliquer que dans la mesure où les conditions sont favorables.

Il est évident que dans une discussion au pied levé en croisant un collègue de travail par exemple ou en croisant quelqu’un que vous connaissez en ville, vous n’aurez pas choisi l’environnement pour appliquer cette méthode.

Dans un environnement favorable, les questions ouvertes impliqueront que vous appliquiez l’écoute active. En effet, il ne s’agit pas de poser des questions pour poser des questions. Il faut écouter pour comprendre la réponse et poser d’autres questions en fonction des réponses. Sinon votre interlocuteur va s’apercevoir que vous ne l’écoutez pas et à partir de là il va aussi décrocher de son côté et la discussion n’aura plus de sens.

Dans quel domaine utiliser les questions ouvertes ?

Maintenant que vous avez certains éléments vous ferez facilement le rapprochement entre l’utilisation des questions ouvertes et certains secteurs d’activité.

Sondage et enquêtes

S’il est un secteur dans lequel elles sont utilisées c’est bien celui des sondages et des enquêtes. Alors évidemment, ce type de question n’est pas utilisé majoritairement car il est plus qualitatif que quantitatif et est plus compliqué à décortiquer et analyser.

Commercial

Dans cette activité les techniques de vente utilisent les questions ouvertes surtout lors du « Warmup » mais pas que. Elles permettent au vendeur de connaitre le besoin du client et éventuellement de traiter les objections potentielles cachées ou pas.

Formation

En formation, les questions ouvertes sont utilisées à travers plusieurs méthodes pédagogiques comme les méthodes interrogatives et actives par exemple. Dans ce contexte leur objectif consiste à faire participer le stagiaire et ou l’amener à produire des réponses par une succession de questions ouvertes mais déductives.

Journalisme

Dans le journalisme on a tous vu des interviews dans les différents médias sans se rendre compte que les journalistes utilisaient une catégorie bien particulière de questions, or, les questions ouvertes font parti des techniques utilisées par les interviewers pour poser des questions aux artistes, aux hommes politiques, aux sportifs….

La technique du questionnement est l’essence même de leur métier.

La vie de tous les jours

Dans la vie de tous les jours, on ne se demande pas si la question que l’on a posé est ouverte, fermé ou autre… Et quelque part c’est plutôt rassurant. On n’est pas des robots.

Cela dit si cet article peut vous aider à mieux comprendre leur utilisation et améliorer votre communication pour vous sentir plus à l’aise n’hésitez pas à me l’écrire en laissant un commentaire.

Une vidéo de David Lefrançois sur le questionnement qui aborde de manière générale le questionnement dans une approche plus “Développement personnel”

En résumé

Connaitre l’utilisation des questions ouvertes et les mettre en pratique à bon escient favorise les échanges à titre professionnel comme personnel puisqu’elles entrainent des réponses que vous attendrez ou pas.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.