Les 7 principes du développement personnel selon Steve Pavlina 2-2

Chronique de la première partie du livre
« Le développement personnel pour les gens intelligents »
De
Steve Pavlina


Les principes fondamentaux
Chapitre 3 à 7

« Changer ses habitudes et transformer sa vie en profondeur »

Titre plutôt provocateur mais qui a forcément son explication dans la synthèse de son livre.

Bonne lecture !

Un mot sur l’auteur
Steve Pavlina est l’un des blogueurs américains de développement personnel les plus célèbres. En 2004, il a créé son site
www.stevepavlina.com qui comptabilise plus de 2 millions de visiteurs par mois.

Présentation du livre
La première partie du livre décrit les 7 principes fondamentaux du développement personnel. Il est conseillé de la lire dans l’ordre des chapitres.

Vous pouvez compléter vos connaissances et échanges sur le blog :

Avant propos

 

En introduction, Steve Pavlina décrit comment il en est arrivé à se poser des questions sur son propre développement personnel après un début de jeunesse chaotique et quelques déboires avec la justice.

Promis à un parcours parfait comme étudiant brillant en informatique il nous explique comment à l’âge de 18 ans il s’est perdu pour finalement se retrouver devant un juge. Conscient d’avoir frôlé la correctionnelle, il nous explique comment il s’est petit à petit repris pour trouver sa voie en créant un blog dont il n’imaginait pas l’impact qu’il allait avoir sur sa vie.

Après avoir finalement repris ses études à l’âge de 21 ans et réussit brillamment ses examens et quelques tentatives en informatique dont l’édition de jeux vidéo.

En 2004,  il a décidé de tout arrêter pour créer un blog (stevepavlina.com) et raconter ses propres expériences sous forme d’articles gratuits et de podcasts.
Steve nous explique comment trois ans plus tard et une vingtaine de livres, son site est devenu le blog de développement personnel le plus populaire au monde avec des lecteurs de plus de 150 pays. Tout ça sans faire de publicité ni de marketing et seulement par le bouche à oreille.

Ces seules sources de revenus étant de la publicité sur son blog et des produits en affiliation, il s’est rapidement aperçu que la notoriété de son blog commençait à lui rapporter des milliers de dollars alors qu’il n’avait ni produits et clients.

C’est à ce moment-là qu’il a constaté que le nombre de visiteurs grandissant et l’interaction avec ses lecteurs nourrissait ses propres connaissances en développement personnel sur des sujets très variés.

Néanmoins, Steve Pavlina nous explique comment il en est venu au concept du développement personnel pour les gens intelligents. Son constat sur la diversité des approches parfois contradictoires dans le domaine, l’ont amené à définir des principes fondamentaux pour qualifier sa propre vision.

En effet, un principe reste un principe quel que soit le contenu. Ses recherches l’ont amené aux critères suivants.

Pour Steve, ces critères sont applicables dans tous les domaines sans se contredire, ils se complètent de manière cohérente et sont viables.


L’universalité

Le premier principe est qu’il doit être applicable par n’importe qui, n’importe où et dans n’importe quel domaine de la vie comme la santé, les relations, la carrière et la croissance spirituelle. Ce principe doit être intemporel et ne doit pas être dépendant de la culture. Il doit pouvoir s’appliquer en groupe comme individuellement.


La complétude

Ces principes doivent être complémentaires et indissociables les uns des autres.

L’irréductibilité

Ces principes doivent être irréductibles en formant le socle de leurs combinaisons.


La cohérence

Ils doivent être cohérents entre eux et ne pas s’opposer.


La faisabilité

Ces principes doivent être réalistes don réalisables.

 

A partir de là, après deux ans et demi de recherche, il a établi sept principes répartis en deux catégories.

Les trois principes de base : vérité, amour et pouvoir

Les quatre principes secondaires : unité, autorité, courage et intelligence
Pour Steve, les principes secondaires sont une composante des principes de bases.

Exemples : L’unité c’est la vérité plus l’amour. L’autorité c’est la vérité plus le pouvoir. Le courage c’est l’amour plus le pouvoir. L’intelligence c’est la vérité, l’amour et le pouvoir. Ces points seront plus développés dans les prochains chapitres.

Pourquoi cette démarche ?

Steve Pavlina nous explique que ces principes sont compartimentés par la société selon le contexte et la période de vie d’un individu.
Exemple : on demandera à un individu de favoriser le principe de vérité en mode d’apprentissage, d’amour en mode relationnel et de pouvoir en mode professionnel.
Alors que pour lui leur combinaison doit rester effective quel que soit le contexte et la période de vie d’un individu puisque c’est ce qui le définit.
Il suffit juste d’apprendre à les harmoniser un peu comme différents curseurs que l’on ajuste en fonction de la situation et d’événements vécus.
Selon Steve, c’est cette capacité qu’a un individu à aligner ces principes qui font de lui un « être humain intelligent et conscient ».

 

Première partie : Les principes fondamentaux

Chapitre 3 : Le pouvoir

A partir du moment où le pouvoir est aligné sur l’amour et la vérité il n’est pas péjoratif et se dédouane des clichés négatifs qui lui sont associés.

Le pouvoir sur soit même c’est maitriser son destin. C’est ce que l’on en fait qui est bien ou mal.

Le pouvoir se construit autour de six fondements.

La responsabilité

La responsabilité c’est affirmer son pouvoir. Elle incombe à chacun et détermine votre vie et les choix que vous faites.

Le désir

C’est l’exercice du pouvoir sur vous-même qui vous apporte les désirs. Cela ne veut pas dire que vous les réaliserez tous mais vous laisserez personne vous les dicter à votre place. C’est valable pour l’aspect professionnel et personnel. La plupart des gens se laissent dicter leurs désirs par la société avec un travail insipide, des crédits et tout ça pour jouer un rôle qu’on vous a attribué.

Vous souhaitiez avoir une autre vie mais la société vous a dit que ce n’était pas possible. Vous n’avez pas exercé votre pouvoir. Evidemment, c’est plus facile à dire qu’à faire. Le tout étant d’en avoir conscience pour petit à petit corriger le tir de votre destin. Si vous le souhaitez.

L’autodétermination

Dans le texte, ça résume tout.

« L’autodétermination signifie que vous êtes entièrement libre de décider de ce que vous voulez. Vous n’avez pas besoin de la permission ou de l’approbation de quiconque. C’est à vous de faire vos choix, et ils ne peuvent être dictés par d’autres. Vous n’avez jamais à justifier ce que vous voulez. Vous voulez ce que vous voulez, et cela suffit. »

La concentration

Seul, le présent compte et c’est sur ce moment qu’il faut se concentrer. Le passé est derrière vous et le futur est imaginaire. Le présent est le seul moment sur lequel vous avez du pouvoir. Cela n’empêche pas de se fixer des objectifs pour baliser le chemin à venir et qui deviendra votre présent au fur et mesure que vous agirez en conséquence. Les objectifs ne doivent pas s’appuyer sur la souffrance et les sacrifices. C’est le meilleur moyen de vous rabaisser et de vous stresser au lieu de vous motiver. Un objectif doit renforcer votre confiance en vous et vous faire aller de l’avant.

Choisissez des objectifs qui vous rendent heureux et vous poussent à agir quelle que soit la durée pour les atteindre s’ils améliorent votre quotidien.

Ces objectifs ne sont pas forcément planifiés avec des timing précis. Ils doivent juste vous servir de cap à pouvoir visualiser dès que vous en avez besoin pour vous remotiver et continuer à passer à l’action.

Ils sont là pour donner un sens à vos désirs et garder le pouvoir sur vous-même.

L’effort

L’effort doit être la résultante de ce qui vous passionne et vous anime. Vous n’aurez pas l’impression de travailler dur. Le plus difficile étant de trouver dans quoi jeter vos efforts. C’est le principe de la loi de l’attraction naturelle. En se concentrant sur ce que l’on souhaite plus que tout, les choses arrivent. D’où l’idée d’avoir des objectifs qui vous inspirent.

« Le désir est le carburant de l’action »

L’autodiscipline

« L’autodiscipline est la volonté de faire ce qu’il faut pour atteindre les résultats espérés »

L’autodiscipline c’est ce qui permet d’aller chercher les ressources nécessaires lorsque l’on perd de la motivation et plus précisément de l’énergie.

Le maintien de la motivation est un marathon mais c’est avec l’autodiscipline que l’on franchie la ligne d’arrivée.

Les obstacles au pouvoir

Au fil du temps la motivation s’émousse et l’on perd le pouvoir face aux obstacles qui se présentent à nous. Le pouvoir doit en permanence être sollicité.

La timidité

Cet état d’esprit que vous vous affligez en retournant votre propre pouvoir contre vous-même. Vous vous interdisez vos rêves. Vous acceptez ce que les autres veulent que vous soyez.

La lâcheté

Elle nourrit vos peurs et non vos désirs pour finalement faire ce que vous ne voulez pas faire. La peur de l’échec vous fait faire les mauvais choix. La lâcheté c’est la peur du succès. Accepter l’échec c’est reprendre le pouvoir sur soi-même.

Le conditionnement négatif

On nous apprend la loyauté, l’humilité et l’obéissance, surtout ceux qui cherchent à prendre le pouvoir et être puissant. Ces voiles apposés sur notre cerveau depuis l’enfance. Il faut se débarrasser de ces fausses croyances négatives surtout lorsqu’elles ne sont pas réciproques.

Comment développer votre pouvoir

Développer son pouvoir est un entrainement. Plus vous vous entrainez, plus vous le développez.

L’entrainement progressif

Cela consiste à relever des défis (atteignables) un peu comme lors d’une séance de musculation. Vous allez progressivement soulever des poids de plus en plus lourd pour vous développer.

Pour le pouvoir (sur vous-même), c’est la même chose. Vous allez réaliser des défis réalistes qui vous feront progresser. Il est inutile et contreproductif de se comparer pour réaliser ces entrainements progressifs. En revanche on peut tout à fait s’inspirer d’exemples à notre portée. Il ne faut pas hésiter à réévaluer à la baisse ses propres objectifs s’ils sont trop élevés. L’objectif étant de définir une période pour pouvoir évaluer la progression.

Maitriser la première heure

Dans une journée, la première est déterminante. La manière dont vous la commencerez sera déterminante pour le reste de la journée. Si vous êtes productif, l’ensemble de la journée le sera surtout si c’est une tâche importante.

Etablir ses propres quotas

Quotas basés sur l’action

L’établissement de quotas permet de se donner des objectifs et d’améliorer son autodiscipline. Le quota basé sur l’action consiste à définir une tranche horaire pendant laquelle on va réaliser une ou plusieurs tâches. Comme écrire pendant deux heures chaque jour. L’avantage est que l’objectif est bien défini dans le temps. L’inconvénient est que l’objectif n’aboutira pas forcément à un résultat mesurable.

Quotas basés sur le résultat

Cet objectif sera plus précis et mesurable. Comme écrire 2000 mots par jour par exemple et ce sans définir un temps donné qui peut être supérieur à celui défini par le quota par action. L’avantage est que le résultat sera mesurable. Inconvénient la durée peut fluctuer.

L’idée étant de commencer par des objectifs atteignables et de choisir la méthode qui vous convienne le mieux.

Terminer le plus ardu en premier

Commencer par les tâches les plus difficiles en début de journée permet d’enchainer sur des tâches plus faciles et d’en apprécier d’autant les résultats. C’est beaucoup plus motivant pour travailler efficacement tout au long de la journée. L’objectif étant de terminer rapidement l’ensemble des tâches pour avoir du temps pour se détendre.

La compétition

Cela peut être un élément stimulant pour réaliser des objectifs pour ceux qui ont l’esprit de compétition. C’est une autre manière de tester son pouvoir sur soi-même.

Le repos

La relaxation est essentielle pour rester en forme. Il faut savoir s’aménager des plages de repos pour rester performant à travers la récupération. Il est nécessaire de s’octroyer des vacances après des efforts répétés. C’est indispensable pour la santé physique et psychique. Cela permet de repartir avec le plein d’énergie pour réaliser de nouvelles tâches en étant plus fort.

Chapitre 4 : L’unité

« L’unité c’est l’amour pur et inconditionnel »

SP nous explique que l’unité c’est la conscience d’être relié à tout. Il nous explique comment après une expérience personnel dans son jardin il a pris conscience que lo monde n’était pas constitué d’individus séparés. Il synthétise l’unité à travers plusieurs aspects.

L’empathie

Pour SP, l’unité crée un lien d’empathie avec les autres. Pour lui cet état s’articule autour de deux sentiments opposés. La joie et la tristesse selon les émotions ressenties en fonction des événements vécus qu’ils soient positifs ou négatifs. C’est pour cette raison qu’il nous invite a appliquer le principe de l’unité pour faire le bien.

La compassion

Exprimer la compassion et la gentillesse procure une sensation de bien-être intérieur qui rejaillit sur votre entourage. Il suffit de considérer les gens comme vous aimeriez qu’ils le fassent pour vous. Aider les autres, c’est s’aider soi même.

La sincérité

SP préconise la sincérité comme pierre angulaire de l’unité. Créer du lien doit se faire avec sincérité et franchise. Cependant il préconise la vérité par l’amour.

L’équité

Il s’agit là de traiter les autres avec respect pour son propre bien être et le bien commun. Sans remettre en question l’égalité des droits de l’homme SP précise que l’équité a la vertu de préserver les différences à l’inverse de l’égalité qui veut aligner des principes qui ne le sont pas par essence.

Il nous invite à explorer ces différences pour les transformer en talents. Par nature nos comportements sont inégaux avec les autres. Les préférences sont la pratique.

La contribution

Pour SP nous appartenons à un « grand tout » auquel nous devons apporter notre contribution en fonction de nos capacités.

Le fait de participer au succès des autres est une forme de succès pour soi.

L’union

Pour SP l’union c’est embrasser l’unité en considérant que l’on participe à ce « grand tout » par nos actions et nos pensées.

Comment faire l’expérience de l’unité

C’est une démarche intellectuelle et émotionnelle. Pour être en adéquation avec l’unité il faut en accepter le principe et sa réalité. Nous sommes tous interconnectés. Une démarche simple consiste à s’inscrire plus dans la coopération que la compétition.

SP propose quelques exercices

Le monde de l’unité

SP nous invite à imaginer un monde où le « nous »  remplacerait le « je » et laisserai place à la coopération pour gérer les conflits plutôt qu’à la compétition. Un monde d’équité et de compassion pour ne faire qu’un avec l’unité entre tous.

Promenez-vous en pleine nature

SP nous invite à recharger le côté émotionnel de l’unité en allant se promener dans la nature et prendre le temps d’observer les choses. Une forme de méditation fusionnelle pour se ressourcer avec les éléments.

Le contact physique

Cet exercice consiste tout simplement à enlacer la ou les personnes que l’on aime pour fusionner et trouver l’unité.

L’exercice du miroir

Le principe de cet exercice est de se confronter à l’effet miroir. SP propose de faire une liste sur une personne de notre choix et de lister ses qualités et défauts. Ensuite de s’imaginer que cette liste a été créée par quelqu’un d’autre pour vous décrire. En la relisant vous vous apercevrez que cette liste parle de vous-même.

Chapitre 5 : L’autorité

L’autorité c’est prendre le pouvoir sur sa vie. L’ignorer c’est la subir.

Le commandement

La seule autorité c’est vous. Chercher à la déléguer à un chef, un gourou c’est l’abandonner car au final le fardeau devra être porté par vous-même. Le libre arbitre vous appartient et c’est à vous de décider. Abandonner son autorité à autrui c’est rejeter la responsabilité et la liberté. Si vous ne dirigez pas votre vie, d’autres s’en chargeront et pas forcément dans votre intérêt. Vous passerez du stade de conscience supérieur au stade inférieur.

L’efficacité

Véritable baromètre de l’autorité, l’efficacité se nourrit d’échecs et de réussites par l’expérience de la pratique. Il faut en tirer les leçons pour rebondir. L’échec améliore la prédiction et l’intelligence.

La persévérance

Le talent, le génie, la culture ne peuvent pas remplacer la persévérance qui reste la véritable clé du succès. Ne jamais abandonner malgré les échecs qui nourrissent votre apprentissage. Votre prédiction s’améliora pour éviter les erreurs et prendre les bonnes décisions pour parcourir le marathon de la réussite.

La confiance en soi

Elle n’est pas forcément arrogante, visible ou de la fausse modestie. La confiance en soi c’est la confirmation de l’autorité. Ce n’est ni un sentiment de dominance ni de soumission. La confiance en soi n’est pas une audace éphémère. Elle s’inscrit dans la continuité.

L’importance

Le principe consiste à identifier les choses qui sont vraiment importantes et de s’y concentrer sans perdre de temps sur les choses futiles et improductives. Faites fonctionner votre autorité et assumez en les décisions.

Comment renforcer votre autorité

Quelques exercices

Orchestrez de petites rebellions

Apprenez à dire non et prenez des décisions qui vont dans le sens de vos intérêts et à l’encontre de ce qu’attendent les autres de vous.

Les réactions pourront être vives mais n’en tenez pas compte pour la simple et bonne raison qu’elles vous desservent et nul autre que vous ne sait mieux ce qui est bon pour vous. Inutile de justifier quelque chose qui de toute façon sera perçu avec des critères qui ne sont pas les vôtres.

Les biens pensant de la société auront toujours pour vous des intentions qu’ils ne s’appliqueraient pas à eux-mêmes.

Le triage

Il s’agit de trier vos tâches et vos projets de sorte à ne sélectionner que ceux qui vous apporteront réellement quelque chose et qui font partie de vos objectifs.

Expériences

Vivez vos expériences par vous-mêmes pour les tester et n’écoutez pas aveuglément les experts. Chacun est différent et ce qui fonctionne pour vous ne fonctionnera pas forcément pour les autres et inversement.

Chapitre 6 : Le courage

Le courage n’a de raison d’exister que lorsqu’il y a une connexion avec soit même. Sans raison, le courage n’a pas lieu d’être.

Le cœur

Le courage vient du mot latin cor (cœur). Se couper de son cœur c’est perdre son pouvoir naturel. Le seul chemin à emprunter est celui du cœur qui vous relie avec vous-même et y donne un sens. L’illusion du statut social ou de la sécurité entretien le faux espoir d’être sur la bonne voie. Il n’en n’est rien s’il n’y a pas le cœur donc le courage. Certaines personnes décident de changer de vie de manière radicale quand d’autres le font progressivement. Il n’y a pas de règles, à vous de trouver votre chemin et de l’emprunter à votre rythme.

L’initiative

C’est la clé pour activer le courage et ne pas subir l’éventuel arrivée d’événements qui ne viendront pas si vous n’êtes pas dans l’action. Prendre l’initiative de son destin c’est utiliser son pouvoir.

La franchise

La franchise ne signifie pas d’être arrogant mais permet d’aller droit au but tout en y mettant la manière et en demandant simplement les choses.

La peur du refus ou du rejet ne doit pas interférer avec la franchise.

L’honneur

L’honneur n’a rien à voir avec la loyauté et l’allégeance. L’honneur c’est votre conscience qui discerne vos actions entre le bien et le mal selon vos propres valeurs. L’honneur vous reconnecte avec votre pouvoir.

Comment fortifier son courage

Le courage se développe lorsqu’on le pratique.

Trouver le chemin du cœur

Il suffit de lister les choses à réaliser et d’identifier celles qui ont du cœur et laisser de côté celles qui n’en n’ont pas de côté.

L’entrainement progressif

Lister vos peurs qu’elles soient petites ou grandes et commencer à les traiter pour les maitriser. Commencez par les objectifs les plus faciles à atteindre.

Renseignez-vous

La peur est souvent la traduction de l’inconnu. Comme allez vivre dans une autre ville par exemple. Pour éliminer l’inconnu il suffit de se renseigner et de préparer la migration vers de nouveau repères et environnements. La connaissance atténue fortement la peur.

Prenez des engagements

L’engagement participe au développement du courage. Une fois engagé, il ne vous reste plus qu’à faire en sorte de pouvoir tenir vos engagements.

Chapitre 7 : L’intelligence

L’intelligence, c’est la vérité, l’amour et le pouvoir réunis. C’est se débarrasser de l’ignorance.

L’authenticité

L’authenticité c’est être cohérent avec soi-même. Laissez les autres réagir sans vous sentir obligé de vous justifier et être ce qu’ils veulent que vous soyez. La perception des autres est multiple et n’engage qu’eux même. Ne laissez pas leur pouvoir prendre le pas sur le vôtre.

L’expression créatrice

La créativité est le mécanisme qui permet de réaliser ce que l’on souhaite. Le fait de la partager développe nos canaux de communication pour créer des liens avec les autres. C’est l’expression créatrice.

La croissance

Croitre c’est grandir, grandir c’est développer son intelligence. Par nature l’intelligence a besoin de s’épanouir, de progresser en s’autoalimentant de connaissances et d’expériences. Cela améliore la capacité à créer des liens. Cependant la croissance n’est pas constante. Elle rencontre des échecs et des réussites. L’essentiel étant de rester concentrer dessus.

La fluidité

C’est réaliser des actions conscientes pour atteindre ses rêves. Vivre une vie fluide c’est se débarrasser des conditionnements imposés par la société. Ces conditionnements qui grippent votre vie. La fluidité c’est rester aligné avec soi-même dans l’action.

Si vous avez aimé cet article vous apprécierez ceux-là

Libérez votre cerveau – Idriss Aberkane

Les 7 principes de développement personnel selon Steve Pavlina 1-2

Interview de Steve Pavlina par Olivier Roland

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.